The Birmingham

Anglo-French Society

 

 

Accueil
Notre histoire
Programme 2016
Nos conférenciers
Nous trouver
Nous contacter
Concours
Plan de la ville
Plan du campus
Nos autoroutes
BAF Bibliothèque

 

 

Harold a été élu président en 1999, à l'âge de 78 ans. Il a servi pendant 16 ans. Quand sa santé s'affaiblait, beaucoup de ses amis lui ont proposé de se ralentir. Mais il a continué de promouvoir les intérêts de notre club sans s'épargner.

 
Sa carrière dans l'enseignement l'a convaincu qu'on ne pouvait pas maîtriser une langue sans l'utiliser dans la vie quotidienne. En tant que président, il a encouragé nos membres à parler français pendant nos réunions. Il ne s'est jamais montré trop strict dans l'application de cette règle, et vers la fin de la soirée les membres se sont quelquefois mis à parler anglais. Alors de temps en temps on entendait la voix d'Harold qui nous dit doucement "hein...j'entends l'anglais". Beaucoup de gens pensent que c'est cette emphase sur la langue parlée qui explique la popularité du club pendant sa présidence.

 
Il ne se vantait jamais à propos de ses actions dans la deuxième guerre mondiale, mais il s'est conduit comme un héros quand même. Encore très jeune, il était le navigateur à bord d'un bombardier Halifax. L'avion a été atteint par des canons antiaériens dans les cieux au-dessus de l'Allemagne. Harold a réussi à parachuter hors de l'avion, mais il est devenu prisonnier de guerre, d'abord en Allemagne et puis en Lithuanie. Quand il est rentré en Angleterre, il a fait de ses expériences de guerre l'une de ses conférences les plus populaires. Il en a parlé dans les sociétés françaises et allemandes de la Grande Bretagne, et il est allé plusieurs fois en Allemagne, où il a travaillé pour la réconciliation des anciens ennemis. A cause de ses expériences en combat, il pensait que rien ne pouvait justifier la guerre, et il est devenu pacifiste. Son livre, "The Heart Versus The Head" est paru peu de temps avant sa mort.

 
Surtout, Harold était un universitaire, avec une passion profondément enracinée pour la littérature, en particulier la littérature classique française. La guerre a perturbé son éducation, mais plus tard il a suivi des cours à la Sorbonne. Quand il était toujours dans la RAF, il a travaillé comme traducteur, et plus tard il est devenu professeur de langues étrangères. Il est devenu le chef du département de langues étrangères à l'école de Moseley à Birmingham. Il parlait couramment le français et l'allemand, et il a continué de donner des conférences en Grande Bretagne et en Allemagne jusqu'au temps où il est tombé malade.

 
Tous ceux qui l'ont rencontré l'ont trouvé très sympathique. Il est mort encore en poste, et il sera profondément regretté.